Honda CB 500 S et N
 


Test occasion Moto Revue : CB 500 S 98


Test Moto Revue réalisé le 14/03/02 sur un modèle 1998




Fiable et performante, la Honda CB 500 mène une carrière sans faute depuis 1993. Elevée depuis au rang de best-seller, elle a reçu, cinq ans après son lancement, un semi-carénage qui lui autorise de longues balades. Une petite qui voit loin.

Par Collin Audibert. Photos Bruno Sellier.





Honda CB 500 S Rouge



Quel plébiscite ! Il est vrai que depuis sa sortie en 1993, la petite 500 n'a cessé de s'attirer les éloges de la presse et ceux du public. Bien qu'âgée de neuf ans, elle continue son numéro de séduction, laissant un goût bien fade à certaines de ses concurrentes de conception pourtant plus récente.

La rage au coeur

Particulièrement bien conçue, elle n'a connu que peu d'évolutions depuis son apparition. Tout juste pourra-t-on noter le remplacement du tambour arrière par un disque de frein de 240 mm à partir du millésime 1998. Cette année-là, apparaît également la version "S", essayée dans ces pages, dont la spécificité réside dans l'adjonction d'un semi-carénage. Cet élément vient améliorer la polyvalence de la CB, que l'on pourrait éventuellement prendre à défaut par son manque de protection et lui autorise les plus longs trajets. Au passage, la version "S" s'équipe d'un nouveau bloc compteurs. Si, elle gagne ainsi une petite touche sportive, la CB 500 S n'a pas eu besoin de subir de modification de sa partie-cycle ou de sa motorisation. Son bicylindre, offrant un vrai potentiel dans sa version originelle. Par ses qualités dynamiques, la moto eut d'ailleurs droit à une coupe de marque, la 500 CB Cup de 1995 à 2000 dont le niveau n' avait rien à envier aux catégories supérieures. Pour l'usage quotidien sur route, la moto parvient d'autant plus à séduire son pilote. Confortablement installé sur la double selle, celui-ci bénéficie d'une position relativement naturelle. Protégé par le semi-carénage, un gabarit de 1m80 parvient à supporter allégrement une vitesse de 160 km/h, au delà, l'efficacité disparaît peu à peu. S'il permet une vitesse effectivement élevée, avec un maximum de 185 km/h, le bicylindre de 58 ch se montre d'une utilisation particulièrement ludique. Dans les hauts régimes, il devient même très rageur. Du bonheur sur moyenne cylindrée. Ici, ses concurrentes directes ont décroché depuis un moment, laissant la CB 500 filer sereinement.

Une polyvalence quotidienne

Agile en ville, la CB 500 se distingue brillamment par une maniabilité évidente que son poids limité de 204 kg tous pleins faits ne vient pas handicaper. La boîte de vitesses s'accompagne d'une douceur particulièrement appréciée lors de ces trajets urbains et péri-urbains, où la petite Honda a par conséquent trouvé nombre d'acquéreurs auprès des coursiers. Sur petite route, la Honda maintient sa bonne volonté par la rigueur de sa partie-cyle. Tout juste pourrait-on lui reprocher un amortissement un peu sec et un freinage qui aurait mérité un mordant et une puissance plus prononcés pour offrir une parfaite adéquation avec la santé du moteur.




Esthétique CB 500 S

Si elle affiche une esthétique très sobre, la 500 CB brille par une fiabilité impressionnante. A sa sortie, Honda argumentait sur sa capacité à dépasser les 300 000 km.

Tableau de bord CB 500 S

La tête de fourche de la version S offre une protection satisfaisante jusqu'à 140 km/h. Le tableau de bord est simple mais d'une très bonne lisibilité.

Coffre CB 500 S

Sous la selle, se situe un espace de rangement très profond. Fort pratique pour ranger un pantalon de pluie ou des gants.

Robinet essence CB 500 S

A défaut d'une jauge à essence, la CB dispose d'un robinet de passage en réserve. Son utilisation est assez délicate surtout en cas de port de gants d'hiver.

Amortisseurs CB 500 S

Lors des utilisations les plus sportives, les amortisseurs seront les premiers éléments à déclarer forfait. En usage plus modéré, ils se montrent parfaitement adaptés.




Accueil


 
http://xavier26.free.fr - 2001